Champagne Hervé Mathelin, cuvée Exaltante

IMGP3281

Lors de notre annuel dîner de Noël entre amis, certains ont eu l’immense idée d’apporter une bouteille de la cuvée Exaltante d’Hervé Mathelin. Ces petits veinards ont eu l’occasion d’aller visiter ses caves dernièrement et en ont ramené quelques quilles. Ô félicité ! Je ne connaissais pas ce domaine, et je ne remercierai jamais assez mes amis de me l’avoir fait découvrir. Je bouillonne d’impatience de pouvoir – enfin – boire du champagne à foison pour me jeter quelques mélodieuses lampées derrière le gosier, plutôt que de le déguster avec parcimonie et culpabilité. J’aurais aimé pouvoir vous montrer quelques photos du délicieux breuvage dansant dans les flûtes, mais c’était tellement bon que je n’y ai même pas songé, toute absorbée que j’étais à savourer au mieux mes quatre gorgées.

C’est un champagne affriolant et follement atypique. Au premier nez on se dit qu’il y a du chardonnay là-dedans, beaucoup. Et puis….

On s’y repenche et on se dit que non, ce n’est pas vraiment ça. C’est d’une délicatesse de cristal, souple et ciselé, très délicat. Le fruit est là, pulpeux, juteux, dense et coloré. Et il prend de l’ampleur, encore et encore, on ne l’arrête plus, il s’épanouit comme un bouton d’or au soleil. Et ça, ce n’est pas le chardonnay. Quoi qu’il en soit, à ce moment là de la dégustation, nous abandonnons l’idée de comprendre de quoi est fait ce champagne pour se jeter à corps perdu dans la finesse de ses bulles qui pépient avec facétie dans le verre. En bouche, l’éclatement de milliers de petites extases qui se promènent sur le palais et la langue, et l’on souhaiterait que cela ne s’arrête jamais.

Immédiatement, ces petits feux d’artifice se dissipent et laissent apparaître la douce matière veloutée, beurrée comme une brioche un dimanche matin de printemps en Normandie, et la gourmandise emporte alors tout sur son passage pour nous emmener vers des tartes aux mirabelles, des sorbets de citron et des framboises à la crème.

IMGP3276

C’est divin et enchanteur, un voyage à travers des sensations oubliées de dégustations de champagne. Cerise sur le gâteau : la bouteille est superbe !

Après quelques recherches et une fois mes esprits retrouvés, j’ai trouvé le secret de cette cuvée : une majorité de pinot meunier et de pinot noir, une touche de chardonnay.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s