Luc Prieur, domaine Paul Prieur et fils

famille prieur

Je connaissais le domaine Paul Prieur depuis quelques années déjà, très beau domaine du Sancerrois ancré dans la tradition dont les vins ne déméritent jamais,  réputé pour son travail toujours exemplaire. J’ai eu l’occasion de goûter récemment le Sancerre blanc 2011 et une fois de plus, j’ai été frappée par la qualité du vin et par le savoir-faire irréprochable qui se dévoile à la dégustation.

1- C’est quoi, le vin ?

Permettez-moi de citer les premières paroles de cette chanson locale :

 » Vive le pressoir ce beau soir d’automne

Quand un vigneron s’étend sur sa tonne

Il se croit ma foi, plus heureux qu’un roi

Adieu les soucis la peur de l’orage

De mon vin, dit-il j’en fais le tirage

Le gai bon entrain voici mon refrain

Le vin coule à flots

Remplissons les brocs (bis)

Les flacons et les verres

De ce bon SANCERRE (bis)

Joyeux vignerons, buvons, buvons,

Buvons chaque soir le jus du pressoir…. »

 2- Votre première expérience avec le vin ? Où ? Quand ? Comment ?

Un grand vigneron bourguignon avait offert une bouteille de son célèbre grand cru à mes parents pour leur mariage. Mon père le remercie et promet de l’ouvrir quand il aura un fils. Le jour de ma naissance, bon nombre d’amis étaient venus à la maternité pour féliciter mes parents …… mais surtout pour goûter ce flacon tant attendu !

3- L’arôme du vin que vous préférez ?

C’est celui qui persiste en fin de bouche, ni trop discret, ni trop exubérant. Celui qui vous fait saliver et qui vous donne envie de reprendre un autre verre.

4- Celui que vous détestez ?

Les vins « mal élevés », oxydés ou piqués …

5- Votre vin préféré ?

Un chenin de Loire bien travaillé, récolté à maturité. Une Syrah souple et digeste.

6- Votre meilleur souvenir lié au vin ?

Lors d’un stage de vinification au domaine de Vincent Rapet à Pernand-Vergelesses. Verticale de Corton grands crus sur les 20 dernières années! Puis toutes les années en 9 jusqu’à … 1949.   Magique.

7- La personne du vin que vous admirez ?

Mon professeur d’œnologie au lycée viticole de Beaune ; Bruno Vuittenez. Un sacré personnage !

8- La bouteille ultime à ouvrir avant de mourir ?

Un château Rayas du domaine familial de mon copain Benoit Reynaud. Tellement difficile de s’en procurer que j’espère oser en ouvrir une avant de mourir !

9- Votre bouteille-mystère- légende (une bouteille ouverte que vous avez adoré et dont vous avez oublié le nom et que vous recherchez, un souvenir un peu flou d’un domaine où vous êtes passé mais vous ne savez plus où c’était, etc.)

Le nom d’un domaine visité en Afrique du Sud, entre les vallées de Stellenbosh et de Franshoek, dont la consonance très  « Afrikans » brouille ma mémoire…

les vignes du domaine

Les Prieur exploitent les 18,5 hectares de vignes depuis 11 générations. Famille de propriétaires récoltants qui continue de travailler ensemble : Paul, l’aïeul du haut de ses 90 ans, Philippe et Didier ses enfants, et enfin Luc qui prend la relève sous les auspices de ses aînés. On comprend mieux la maîtrise exemplaire qui se dévoile derrière chaque flacon.

5 hectares sont plantés en pinot noir, et 13,5 en sauvignon sur des sols calcaires et argilo-calcaires de verdigny et Chavignol, et quelques plants poussent sur du silex au bord de la Loire. C’est de là que les vins tirent leurs spécificités immédiates : la fraîcheur inébranlable qui remonte de chaque ramification de la plante elle-même pour la transmettre jusque dans les baies, et dont le vigneron talentueux saura en extraire toute l’essence.

Bien plus qu’ailleurs, lorsque nous ouvrons une bouteille du domaine Prieur, nous sentons la patte de l’homme qui se fait tour à tour viticulteur, vendangeur, vinificateur et enfin buveur. Nous pouvons déceler la virtuosité et la minutie de l’attention portée à chaque plante et à chaque baie. Nous pouvons goûter chaque tâche induite par l’élaboration des vins : les vendanges manuelles, le travail des sols respectueux de la terre, la vinification attachée à la simplicité et aux traditions, fruit de la transmission d’un savoir-faire ancestral, de génération en génération.

La cuverie

Le nouveau millésime 2012 sort en début d’année, ainsi que deux nouvelles cuvées parcellaires, une en blanc « les Monts damnés » dont la famille possède 2 hectares, et une en rouge « les Pichons », petite parcelle toute en haut du terroir. J’ai hâte de pouvoir les goûter !

Vous trouverez ici mes commentaires de dégustation du Sancerre blanc 2011.

les pichons

– Où trouver les vins du domaine Paul Prieur ? (Liste non exhaustive)

Vous pouvez les boire dans les restaurants ci-dessous :

– L’Entredgeu (Paris 17)

– Le Lazare (Paris 9)

– Chez Michel (Paris 10)

– L’hôtel Ritz (Paris 1er)

Et vous pouvez l’acheter chez les cavistes suivants :

– Lavinia (Paris 9)

– La contre-étiquette (Paris 10)

– Chagot vins (Paris 14)

– Cave 18 (Paris 18)

– Aux bons plaisirs (Paris 20)

Domaine Paul Prieur et Fils

Route des Monts damnés

18 300 Verdigny

Sancerre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s