Domaine la Vrille têtue, Bordeaux blanc sec 2011

blanc 2011

J’ai repris la picole ! Et ça, c’est la meilleure nouvelle du mois de février. Oui, la naissance de ma fille aussi, soit.

Pour me remettre en jambe, je me suis fait un petit apéro au blanc. Simple et efficace. A l’honneur, les vins de Jean-Jo Brandeau qui attendaient patiemment dans ma cave. Ni une, ni deux, on ouvre la bouteille.

Plop !

C’est tout clair, très lumineux, léger, léger, léger.

Mmmh ça sent bon.

D’emblée nous sommes frappés par le citron, très marqué, un joli jus frais et tonique, qui plane longtemps au dessus du reste. Puis arrivent délicatement les notes florales, aubépine et chèvrefeuille, tendres et légèrement sucrées. Ensuite viennent les notes de foin fraîchement coupé et de thé fumé qui appuient un peu plus le côté éthéré et champêtre.

L’ensemble demeure très aérien, il me fait penser à une image de jeune femme blonde drapée d’une robe blanche vaporeuse, les cheveux longs nattés à la va vite, dans une prairie, sous la lumière déclinante d’une fin de journée. Très Sofia Coppola, très Virgin suicide.

Allez, goûtons.

En bouche, c’est le retour gagnant du citron, vif et acidulé, finie la ballade champêtre. Petit à petit, le jus de citron mordant se développe et amène avec lui le citron dans son ensemble, la peau légèrement amère, et le végétal des feuilles. Ce n’est plus une ballade champêtre légère et vaporeuse, c’est un détour en Italie, dans une citronneraie ensoleillée chaude, rafraîchie d’une légère brise méditerranéenne. La finale doucement iodée et végétale, acidulée est aussi revigorante qu’une citronnade par une journée chaude.

Advertisements

2 réponses à “Domaine la Vrille têtue, Bordeaux blanc sec 2011

  1. Waouh, ça me fait rêver, cette manière que tu as de parler du vin… Grosse admiration pour tous ces arômes que tu as su saisir là où je suis tout juste capable de dire « Il est bon » (ou pas)… ! 😉
    (Septie)

    • C’est l’essentiel ! Le reste finalement, n’est que verbiage… 🙂 Et puis tu sais, ça se travaille : c’est en goûtant que l’on se forge le nez. Tu peux t’aider de coffrets de dégustation aussi, avec des petites fioles à l’interieur qui recensent les différents arômes. C’est un bon moyen de faire travailler sa mémoire olfactive. Parce que finalement ce n’est que ça : se souvenir des odeurs et mettre un nom dessus quand on les rencontre de nouveau !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s